CPF 2023

Qu’est-ce que le CPF ?

Le CPF (Compte Personnel de Formation) permet de financer la formation qui vous convient. Que vous soyez salarié ou indépendant, vous cotisez chaque mois pour la formation professionnelle. Cet argent se retrouve sur votre compte CPF et reste utilisable à tout moment.

Le dispositif, bien pratique pour les actifs, se retrouve « gelé » une fois que vous passez à la retraite. Ainsi, vous ne pourrez plus utiliser vos droits. Cependant, le CPF n’est définitivement supprimé qu’en cas de décès. En résumé : vous ne pouvez pas perdre vos droits de formation tant que la retraite n’est pas définitivement actée.

Chaque année, votre compte est crédité de 500 € de droits de formation. Ces droits peuvent se cumuler jusqu’à 5 000 €. Ils constituent une cagnotte à utiliser pour payer l’inscription à la formation de votre choix.

Parfois, le prix de cette dernière dépasse le montant du solde de votre compte. Dans ce cas, il y a ce qu’on appelle un « reste à charge ». Cependant, aujourd’hui, cette particularité s’est quelque peu étendue.

Un reste à charge pour les titulaires

Depuis sa création en 2019, le CPF a généré beaucoup d’escroqueries entre arnaques, ventes forcées et formations de qualité discutable. Pour pallier ces fraudes, en octobre 2022, le dispositif a été rattaché au service d’authentification FranceConnect+ afin de confirmer l’achat des formations. L’identité numérique, quant à elle, a déjà durci l’utilisation du compte CPF.

De son côté, le Sénat a adopté une proposition de loi de l’Assemblée nationale interdisant le démarchage commercial d’un titulaire de compte CPF.

Mais les changements concernant le dispositif ne s’arrêtent pas là.

Le 17 décembre 2022, le gouvernement projette un amendement relatif à la loi de finances pour 2023. Ce mécanisme de régulation vise à faire financer, à l’actif titulaire, une partie de sa formation, la validation de ses acquis, ou encore, son bilan de compétences.

Cette décision appuie l’annonce de la reconnaissance des acquis et des compétences de Carole Grandjean, ministre déléguée de l’Enseignement et de la Formation professionnels.

Pourquoi cet amendement ?

7,1 milliards d’euros. C’est ce qu’a coûté le CPF à l’État entre fin 2019 et fin 2022. Ainsi, le dispositif, bien qu’essentiel à la formation des actifs, constitue un énorme gouffre financier pour le gouvernement, qui cherche à limiter les dégâts.

Il acte donc la création de ce « reste à charge » afin de résorber une partie du déficit de France compétences, financée par les OPCO et assurant la subvention des formations professionnelles.

Des mesures pour limiter certains risques

Le gouvernement opte pour un principe de « ticket modérateur ». Autrement dit, il exige une participation du titulaire au coût de la formation souhaitée, et ce, sans tenir compte du montant des droits présents sur son compte. Cette participation peut être proportionnelle au coût de la formation – dans la limite d’un plafond donné – ou encore fixée à une somme forfaitaire. Selon Le Monde, elle constituerait 20 à 30 % du coût de formation initial.

Cependant, rien n’est encore acté de ce côté-ci : un décret en Conseil d’État doit encore fixer les modalités de cette participation. Mais, au vu des conditions déjà évoquées, le reste à charge divise et est surtout perçu, par les organisations d’employeurs, comme un moyen de développer la co-construction de projets.

Néanmoins, cette demande de participation a un autre objectif : celui d’empêcher les salariés de s’offrir des formations parfois peu utiles à l’emploi. Ainsi, le financement s’inscrit forcément dans un projet professionnel solide.

L’exécutif reprend là une revendication du patronat, qui finance le CPF sans plus le contrôler, mais aussi des syndicats.

Qui sont les titulaires de compte exemptés ?

Il est toutefois important de noter que les chômeurs, ainsi que les salariés œuvrant dans le cadre d’un projet de formation co-construit avec l’employeur, sont exemptés de cette loi, et cela, pour deux raisons :

La première concerne les demandeurs d’emploi. En effet, le CPF n’est pas alimenté durant la période de chômage. En revanche, il est possible d’utiliser les droits acquis en tant que salarié.

La seconde concerne le salarié en projet de formation co-construit. Si le titulaire du compte trouve un accord avec sa Direction des Ressources Humaines, individuellement ou via un accord collectif, il n’aura rien à débourser de sa poche.

CPF reste charge

Contraintes et conséquences du reste à charge

Le titulaire doit régler ce montant par virement et en une seule fois – parfois, pour de grosses sommes d’argent. En plus du déséquilibre financier engendré pour les salariés, cet amendement éloigne les ouvriers et employés, en situation précaire, du droit à la formation.

En effet, si l’on prend en compte le règlement de cette somme, peu d’actifs pourront encore prétendre au financement de leur apprentissage.

Par ailleurs, ce projet de loi n’a fait que détériorer la popularité du CPF auprès des Français. Le trafic s’effondre sur le site officiel, et il n’est pas certain que l’amendement sur le reste à charge améliore tout cela.

L’ancienne ministre du Travail perçoit, elle, ce reste à charge comme un « contresens » par rapport au projet initialement prévu. Le dispositif permettait, en effet, une « réelle avancée sociale », selon ses propos, venant en aide à chaque actif et pouvant faciliter sa recherche d’emploi.

Toutefois, rien n’est encore bien défini. Le temps que le décret soit finalisé et que les logiciels soient opérationnels, le ticket modérateur ne devrait pas voir le jour avant le deuxième trimestre 2023, selon l’entourage de la Première ministre Elisabeth Borne.

Quelques chiffres sur les montants enregistrés

Depuis 2019, plus de 5 millions d’inscriptions en formation ont été enregistrés pour 6,7 milliards d’euros engagés. En outre, d’après la Caisse des Dépôts, 670 € de crédits CPF ont été recensés chez les intérimaires pour seulement 530 € chez les salariés en CDD, contre 1 490 € pour les salariés en CDI.

Le projet de budget 2023 de France compétences prévoit 2,37 milliards pour le CPF, en baisse de 385 millions sous le seul effet de ces mesures.

Enfin, selon les premières estimations, le reste à charge pourrait permettre à l’État d’économiser jusqu’à 800 millions d’euros par an.

Partagez à vos amis !

  • laposte identitenumerique franceconnect

CPF – Guide d’inscription FranceConnect+ & identité Numérique La Poste

février 4 2024|Commentaires fermés sur CPF – Guide d’inscription FranceConnect+ & identité Numérique La Poste

Comprendre l'identité numérique Processus via mobile 4 étapes pour la création d’identité Sélection de la pièce d’identité Renseignement d’informations Vérification d’identité Vérification AR24 Confirmation d’identité Finalisation Processus via ordinateur Créer son identité numérique Renseigner [...]

  • VAE e1674659166545

Validation des Acquis d’Expérience – Financer votre VAE avec le CPF

janvier 18 2023|Commentaires fermés sur Validation des Acquis d’Expérience – Financer votre VAE avec le CPF

Qu’est-ce que la VAE et comment peut-on en bénéficier ? Quels sont les avantages de la VAE ? Quelles sont les différentes certifications obtenues grâce à la VAE ? Quel est le processus pour [...]

  • CPF 2023

CPF payant : la nouvelle loi du reste à charge arrive en 2023

janvier 3 2023|Commentaires fermés sur CPF payant : la nouvelle loi du reste à charge arrive en 2023

Qu’est-ce que le CPF ? Un reste à charge pour les titulaires Pourquoi cet amendement ? Des mesures pour limiter certains risques Qui sont les titulaires de compte exemptés ? Contraintes et conséquences du [...]

Dans l’actualité 

⚠️ Le reste à charge à 0€ CPF, c’est bientôt fini !

Le Projet de Loi de Finances 2023 a prévu la mise en place d’une participation financière des titulaires de comptes lors de l’inscription à une formation. Le gouvernement a tranché le 08 mars 2024, et le reste à charge sera finalement de 100€ par formation (à partir du 1 er mai).

Découvrez l’article des Echos sur le sujet.

N’attendez pas pour vérifier votre éligibilité au financement sans reste à charge !

Progressez plus facilement grâce à une formation ultra-personnalisée.

  • Des cours particuliers en visioconférence avec un professeur dédié.

  • Une plateforme en ligne pour vos exercices et supports de cours.

  • Un programme adapté à votre profil et à vos disponibilités créé par votre professeur.
  • Un coach pédagogique dédié, joignable 6j/7 pour vous conseiller et répondre à vos questions.
  • Composez votre formation sur-mesure parmi un  large choix de modalités pédagogiques.

Ils sont satisfaits, pourquoi pas vous ?

Ils sont satisfaits, pourquoi pas vous ?

Note formations Clic Competences 4.8
Note formations Clic Competences 4.8

Pourquoi se former avec Clic Compétences ?

Pourquoi se former avec Clic Compétences ?

blended learning 1

COURS PARTICULIERS + PLATEFORME EN LIGNE

Découvrez le Blended learning : alternez entre cours particuliers et travail en autonomie pour apprendre plus facilement.

web plugin 1

DES FORMATIONS ULTRA-PERSONNALISÉES

Un programme sur-mesure créé par un professeur dédié et des modalités d'apprentissage totalement adaptées à votre profil et calendrier.

hand 1

ÉLIGIBLES AUX FINANCEMENTS

Toutes nos formations sont éligibles aux financements CPF, Pôle Emploi, OPCOs, Régions, FNE... Nos conseillers vous accompagnent.